Libres propos

« Bonjour amis retraités », par Lise lavallée

Les Lavallée vous saluent avec dans la tête de multiples souvenirs et rencontres qui nous ont fait grandir souvent grâce à vous.

Nous sommes en pleine forme. Tout simplement parce que nous sommes tous deux, André et moi, des insoumis.e.s et revenons du meeting de Paris qui avait lieu à la Grande Arche ce dimanche 5 décembre 2021. Nous avons un programme et maintenant un parlement d’Union Populaire regroupant des acteurs, des mouvements sociaux, des intellectuels, des artistes, des associations, tous et toutes avec Jean Luc Melenchon, pour rompre avec le tout marché ! Voilà notre espoir dans cette France, mon pays abîmé par la bête immonde, dont parlait Bertold Brecht, qui resurgit.

Devenus vieux et heureux de voir des jeunes prendre la relève et d’entendre le dire de Louise Michel repris par Jean-Luc Melenchon : « L’harmonie ! c’est la force sans laquelle il leur serait impossible de jeter ou remonter l’ancre. »

Eh oui, fidèles à nos convictions de vivre l’évangile dans l’espace public, de croiser le théologique avec le politique, l’éthique, l’économique. Vous souvenez-vous des festivals que j’ai lancés, années après années, où je vous invitais à penser avec nous sur telle ou telle thématique ? J’avais été formée par Aimé Esposito Farèse et je me souviens de mes 18 ans lorsqu’avec lui, dans les cabarets de la rive gauche à Paris, puis au club des poètes, j’allais entendre, écouter de la poésie… réalisatrice de sens. Et puis j’ai connu André, le gosse de la Miss pop, pour qui le social était ce qui le hantait, d’où la conviction que nous avons ensemble construite, à savoir que la culture et le social étaient étroitement liés.

C’est ainsi que nous continuons d’exister. Je suis maintenant correspondante des amis du Monde diplomatique du Vaucluse avec une équipe et j’organise des rencontres. C’est super intéressant, la relève là aussi se prépare.

Allez, c’est bon pour les Lavallée. Militants comme d’habitude et enthousiastes pour ne pas manquer les rencontres d’Averroès à Marseille, chaque année en Novembre, et le festival du film africain à Apt, et le festival In à Avignon.

Mon cher ami Gérard, je te taquinerai toujours, mais j’y tiens ! En 1968, un soir, à la Faculté de théologie de Paris, des étudiants de la Sorbonne sont venus au séminaire, car ils avaient appris que les étudiants de la Faculté de Théologie protestante s’étaient mis  en grève ! Eh oui, c’était au temps où le journal Le Monde s’intéressait à ce que nous disions et faisions. Et le lendemain, les étudiants de la Sorbonne faisaient grève. Les étudiants de la Fac de Montpellier nous ont rejoints ensuite et à leur manière . Et c’était bien ainsi cher Gérard. Je me souviens des semaines qui suivirent et des manifs à Paris avec Geo Casalis qui nous a tant appris dans ses solidarités avec les opprimés et les petits de ce monde.

Royan fut mon premier synode national en tant qu’étudiante ! Femme en plus ! Elle est bien mon Église quand elle veut donner des signes. Oui Serge, être témoin de l’Evangile, ce n’est pas ramener des gens à sa religion, c’est les aider à se débarrasser de leurs chaînes : l’ignorance, les dépendances, dis-tu, les conflits  je dis moi, non résolus…

Martin Kropp parle de conversion écologique et nomme 3 points que je rejoins. Pas avec le Pape, ceci dit avec sourire, mais avec le programme de l’avenir en commun des insoumis !!! Je me souviens d’un synode avec Alain Bombard qui nous parlait de la situation déjà dramatique du monde et de la pollution, et puis du magnifique travail sur Paix, Justice et Sauvegarde de la création que nous avons effectué, les uns et les autres, et puis  la marche à Bâle. Et Séoul qui de vous y était ? Alain ? Jean-François ?

Eh oui Jean, tu faisais de la culture protestante pour des gens de toutes sortes dans une radio justement non confessionnelle. Et nous, on continue avec toi et comme toi à protester contre toute résignation à l’inacceptable.

Salut à vous. Merci pour cet échange et vos écrits. Après une nuit passée en car de Paris à Avignon, je suis quelque peu endormie, mais les souvenirs du temps passé ont fait surface pour parler avec vous.

André se joint à moi pour dire notre amitié à chacun.

Lise Lavallée

À propos de l'auteur

mm

Alain Rey

Directeur de la publication Hier & Aujourd'hui
Pasteur de l'EPUdF
Études à Montpellier, Berkeley et Genève
Pasteur à Fleury-Mérogis, Mende, au Defap et à la Cevaa

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.