Carnet Communauté

Suzanne Mazoué-Muller

mm

Le docteur Suzanne Mazoué, épouse Muller, s’est éteinte dans la paix et la liberté, le dimanche 2 février 2020, à l’âge de 88 ans.

Elle avait épousé Benjamin « parce qu’il était valseur, et non parce qu’il était pasteur », aimait-elle à dire ! Même s’il est juste de dire qu’elle a eu un rôle dans la façon dont Benjamin a exercé ses différents ministères, elle récusait pouvoir être appelée « femme de pasteur ». Revendiquant de pouvoir être considérée d’abord comme protestante engagée par ses propres choix et convictions et non pour son statut conjugal.

C’est au demeurant à son nom qu’elle cotisait à la vie de l’Église.

Médecin de Santé Scolaire

Diplômée de Puériculture et spécialisée en orientation pré-professionnelle, elle a exercé en Lozère puis dans le Gard et l’Hérault. C’est en Lozère qu’elle a découvert pris la mesure de sa vocation, et qu’elle, parisienne, est devenue si profondément cévenole.

Elle avait été nourrie spirituellement du protestantisme libéral du Foyer de l’Âme, dans l’esprit de Charles Wagner, des prédications de Wautier d’Aygalier, et de l’enseignement de Georges Marchal, ami de sa famille. Plus tard, elle ajoutera Louis Simon à cette liste de « maîtres » l’aidant dans l’expression de sa foi.

Pour elle la vie de l’Église valait par la richesse des rencontres humaines qu’elle avait pu y faire, là où le sourire ou le visage pétillant précédait les mots quand il s’agissait du témoignage de la vie, tant en Vallée Française qu’à Alès ou en Vaunage, souvent plus aux marges qu’au cœur du noyau ecclésial. Elle qui n’a jamais pu ouïr sans râler/pester les Credo de quelque sorte que ce soit !

Ses engagements connus à Amnesty International, la Cimade, le Café des Familles d’Alès, au Service d’Accueil de Jour des Exclus (SAJE) d’Alès, le centre de postcure de Blannaves (devenu centre Logos aujourd’hui), la Famille à Anduze, le Réseau d’Entraide Volontaire à Beauvoisin, ou encore à l’Association pour le Droit à Mourir dans la Dignité, l’ont toujours été par humanité et citoyenneté, et sans jamais avoir eu une seconde l’envie de leur donner une parure spirituelle, sinon que « par humanité », c’était sa lecture de l’Évangile. Seule la présidence de la Gerbe à Montpellier peut souffrir une exception dans cette non-spiritualisation des engagements.

L’incinération et la dispersion des cendres auront lieu  dans l’intimité familiale.

Un service de reconnaissance, présidé par le pasteur Alain Rey, aura lieu au temple d’Alès, le samedi 8 février à 14h30.

Et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos coeurs et vos pensées en Jésus Christ. Philippiens 4/7

Jean-Christophe et Lysiane, Délie, David, Emmanuel, Philippe-Frédéric, ses enfants et valeur ajoutée, ainsi que Guillaume, Joanna, Jérémy, Orianne, Clara, Sara et Clémence ses petits-enfants, vous remercient par avance de vos prières et pensées… et seront heureux si vous pouvez à votre manière vous associer à ce moment.

À propos de l'auteur

mm

Alain Rey

Directeur de la publication Hier & Aujourd'hui
Pasteur de l'EPUdF
Études à Montpellier, Berkeley et Genève
Pasteur à Fleury-Mérogis, Mende, au Defap et à la Cevaa

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.