Événements & Dossiers

Elian Cuvillier : Fin d’un monde ou faim du monde ?

mm

Elian Cuvillier

FIN D’UN MONDE OU FAIM DU MONDE ?

Leçons du confinement

Ampelos, 2020, 92 p., 9 €

Dans ce livre bref mais dense, Elian Cuvellier, théologien, rassemble une série de chroniques écrites lorsque l’épidémie du coronavirus a nécessité le confinement des Français entre le 17 mars et le 10 mai 2020. Le sujet est le suivant : est-ce que les chrétiens ont quelque chose à dire ou à faire dans cette situation ?

Les épidémies ne sont pas choses neuves en ce monde. Ce qui est nouveau est l’ampleur mondiale du phénomène. D’où la réaction : tout s’est arrêté et, au moment où nous sommes, l’avenir reste obscur. C’est peut être cette ignorance du lendemain qui explique d’abord la stupeur (nous autres Européens nous nous imaginions hors de toute atteinte de cette sorte) et la peur qui fait que personne n’a contesté lorsque le Gouvernement a pris des mesures de rigueur au-delà de ce que nous pouvions imaginer. Le confinement perturbe gravement le fonctionnement de l’économie, produisant chômage et pauvreté. Mais pas seulement : Comment vivre quand on ne peut plus « sortir », se rencontrer, faire la fête ? La solitude obligée, tout autant que l’obligation de supporter un voisinage pénible pèse lourd. Ce n’est pas la guerre, mais cette contrainte est vécue comme un emprisonnement.

C’est là que Cuvellier a plusieurs choses à nous dire. Si le temps libre imposé ainsi qu’une certaine solitude étaient des occasions de réfléchir à ce qui compte dans nos vies ? Par exemple l’occasion de renouer des amitiés perdues, d’ouvrir des livres trop vite oubliés et finalement de se retrouver soi-même, loin d’une vie agitée et privée de sens ?

Cuvillier croit en une sortie inéluctable de cette étonnante épreuve et pose la question : En retiendrons-nous quelque chose ? Nous avons mesuré, avec la diminution des voyages et la recherche effrénée d’activités inédites, que nous pouvions réellement sauver notre planète. Aurons- nous la sagesse d’en tirer la leçon ?

Cuvillier dit encore ceci. Nous avons déjà commencé à chercher les responsables de cette épreuve, alors que personne ne l’avait prévue. C’est absurde. Réalisons donc que c’est aujourd’hui à chacun d’agir pour sauver notre monde. Nous n’y parviendrons pas sans lutte. Cuvillier rappelle opportunément que les chrétiens ont le devoir de s’y investir. La réalité de leur foi est à ce prix.

Un compte rendu de Jean-Claude Widmann, pour LibreSens

À propos de l'auteur

mm

Alain Rey

Directeur de la publication Hier & Aujourd'hui
Pasteur de l'EPUdF
Études à Montpellier, Berkeley et Genève
Pasteur à Fleury-Mérogis, Mende, au Defap et à la Cevaa

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.