Les livres

Albert Huber-Sylvie Reff-Stern : Innocence sans frontières

Albert Huber - Sylvie Reff-Stern
mm

Albert Huber-Sylvie Reff-Stern : Innocence sans frontières,  Édtions Olivétan, 2020, 156 p., 18 €

©albert huber

À l’Amicale des pasteurs à la retraite, on connaît bien le travail d’Albert Huber et on l’apprécie. Il a promené son « Nikon » un peu partout dans le monde lors de pérégrinations personnelles ou de rencontres dans le cadre du mouvement œcuménique. Derrière l’objectif, son regard est fraternel. C’est un photographe de l’humain. Il cherche chez l’autre ce qui fait sa différence non pour la stigmatiser mais pour l’accueillir. Son œil grandit le plus humble et souligne son humanité. Il sait faire de l’instant un cliché qui raconte une histoire. Avec ses photos, il est un conteur de l’humain dans notre vaste monde. Il raconte la vie.

Avec cet ouvrage, Albert Huber a fait un énorme travail pour extraire de sa photothèque les photos qui racontent l’innocence. Elles évoquent la tendresse, l’enfance, la maternité, la parentalité. Derrière chacun des clichés, apparaît une histoire. Sylvie Reff-Stern a trouvé les mots de la tendresse et de la poésie pour en sublimer la spécificité. Les mots sont beaux, sensibles, ils dialoguent superbement avec chacun des visages :

Tu es unique
je t’ai appelé par ton nom afin que tu sois
tel que tu es et pas un autre
à jamais irremplaçable, inachevé
mais déjà parfait en ton essence

car nul ne sourit comme toi
nul n’a la même voix
les mêmes empreintes au bout des doigts
la même âme au fond du regard
la création serait incomplète
si tu n’étais pas là

Tu es mon autrement pareil
goutte de vie où se reflète lia lumière du ciel
mon matin d’innocence
mon frère de vérité

rien ne nous sépare
dans le grand vitrail du monde
où les visages se répondent

tu ignores encore la course au pouvoir
le stress du rendement
l’obligation de réussir
l’obsession de l’apparence

tu es pure attente confiante
tendue vers un amour qui ne peut que venir

tu es ce mystère qui illumine les ténèbres
comme la pointe d’une flamme
brûlante icône d’être
qui rend incandescent
l’or de ta présence sur terre.

©catherine stern – Sylvie Ruff-Stern chez elle

Sylvie Reff-Stern est musicienne, chanteuse, poète, catéchète, et professeur d’anglais à la retraite. Elle vit en Alsace depuis toujours. Elle a grandi non loin de Bischwiller. Née juste après la guerre, de langue maternelle alsacienne, elle apprend le français à l’école primaire. Luthérienne, éclaireuse unioniste, elle s’implique beaucoup dans les cours de catéchèse et la chorale. Elle suit les cultes en allemand. « Le contact avec d’autres langues féconde celle qu’on porte déjà en soi. La langue maternelle parfume toujours les langues qu’on apprend après. » Et pourtant, « en Alsace, le fait d’écrire n’est pas simple. On exprime l’essentiel dans une langue qui n’est pas maternelle. En français, le verbe est au milieu de la phrase ; en allemand, à la fin. Quand on veut écrire quelque chose en français, il faut déjà savoir ce que l’on veut dire. En allemand, on peut découvrir au fur et à mesure… » (Réforme 4 mai 2006). Voici comment fr3-region.francetvinfo.fr la présentait, le 9 avril dernier : « Sylvie Reff est amoureuse du verbe, qu’il soit français, allemand ou alsacien, sa langue maternelle. Enseignante au lycée de Bouxwiller (Bas-Rhin), aujourd’hui retraitée, elle s’est toujours adonnée à l’écriture. Ses passions pour l’histoire, récente et ancienne, et pour la beauté des relations humaines, même les plus humbles, se dévoilent à travers ses romans, tels La lumière des vivants (fresque de l’Alsace au 14e siècle), ou La patrie du vent (quête identitaire sur fond de second conflit mondial). Mais aussi par ses innombrables poèmes, articles et chansons. Cette mère de quatre enfants et grand-mère de sept petits-enfants passe le confinement chez elle, aux côtés de son mari, dans une ancienne ferme d’un village du canton de Hochfelden, au nord du Bas-Rhin ».  

A.R

 

À propos de l'auteur

mm

Alain Rey

Directeur de la publication Hier & Aujourd'hui
Pasteur de l'EPUdF
Études à Montpellier, Berkeley et Genève
Pasteur à Fleury-Mérogis, Mende, au Defap et à la Cevaa

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.